Pour les entreprises, comment déduire vos amortissements ?

par | Oct 28, 2022 | Opération Courante | 0 commentaires

Pour les entreprises, comment déduire vos amortissements ?

par | 28-10-22 | Opération Courante

En tant qu’entrepreneur individuel ou dirigeant de société, il est indispensable que vous optimisiez la situation fiscale de votre entreprise, en ayant recours à des déductions sur votre résultat imposable.  

L’amortissement permet une réduction de vos impôts en prenant en compte la perte de valeur de certains de vos biens et investissements.  

Qu’est-ce qu’un amortissement ?

Il convient d’abord de comprendre à quoi renvoie le terme « amortissement ». C’est une notion de comptabilité permettant de constater la dépréciation d’un actif (biens et droits de l’entreprise), en raison de son utilisation.  

La durée d’amortissement correspond donc à la durée d’utilisation du bien et varie en fonction de ce dernier, par exemple le mobilier est amortissable sur une durée de 10 ans tandis que le matériel informatique n’est amortissable que sur 3 ans.

Les éléments amortissables

La condition de l’amortissement d’un bien est que ce dernier soit utilisé de manière durable par l’entreprise pour l’activité. Cela différencie les actifs immobilisés, des stocks, qui ne sont que temporaires. Par exemple les immeubles d’un marchand de biens ne sont pas amortissables, tout comme les véhicules automobiles appartenant à un revendeur ou un constructeur car ils sont comptabilisés comme des stocks.  

Les éléments amortissables sont donc l’ensemble des éléments corporels que comprend l’actif d’une entreprise (bâtiments, mobilier, matériel, outillage etc.). Leur dépréciation constitue une perte réelle pour l’entreprise et doit donc être déduite du résultat imposable.  

Il est à noter que les éléments relevant de l’actif incorporel peuvent aussi faire l’objet d’un amortissement dès lors qu’ils sont clairement identifiables et porteur d’avantages économiques futurs, il peut s’agir par exemple des logiciels et des marques et brevets.   

*La loi de finance pour 2022 a créé un dispositif temporaire d’amortissement du fonds commercial pour ceux acquis à compter du 1er janvier 2022 et jusqu’au 31 décembre 2025.

La méthode d’amortissement

 L’entreprise peut avoir recours à plusieurs techniques d’amortissement :

  • L’amortissement linéaire, qui est le mode de droit commun permet de déduire la même somme chaque année car l’annuité se fait à taux constant. La déduction s’opère à partir de la mise en service du bien.

  • L’amortissement dégressif, permet un amortissement plus rapide qu’en linéaire car cela permet de pratiquer des annuités d’amortissement plus importantes les premières années, l’objectif est de favoriser l’investissement des entreprises.

C’est une méthode facultative qui résulte d’une décision de gestion pour le dirigeant et qui ne s’applique qu’aux entreprises industrielles ou commerciales soumis au régime réel d’imposition. De plus cela est réservé aux biens neufs et ayant une durée d’utilisation d’au moins 3 ans, comme les matériels et outillages (CGI. Art 39 A).

  • L’amortissement exceptionnel, a été mis en place pour favoriser le développement de certains investissements. C’est un régime facultatif purement fiscal qui permet à l’entreprise de permettre une déduction importante sur un bien immobilisé (courte durée 12/24 mois en fonction de l’investissement).

S’informer c’est bien, se faire accompagner par un expert avocat fiscaliste, c’est encore mieux. Prenons contact.

Articles similaires :

Intégration fiscale : prise en compte des participations croisées entre filiales

Face à l’inflation, à la crise énergétique et aux enjeux environnementaux, la tentation est grande de procéder à des baisses de TVA générales ou ciblées. Le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) rappelle cependant dans son rapport relatif à la TVA que ces taux réduits sont coûteux pour les finances publiques, peu efficaces économiquement et rarement évalués. Explications.

TVA, vers la fin des taux réduits ?

Face à l’inflation, à la crise énergétique et aux enjeux environnementaux, la tentation est grande de procéder à des baisses de TVA générales ou ciblées. Le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) rappelle cependant dans son rapport relatif à la TVA que ces taux réduits sont coûteux pour les finances publiques, peu efficaces économiquement et rarement évalués. Explications.

Les rescrits fiscaux

Il est souvent important de connaître par avance la position de l’Administration fiscale sur une situation de fait qui lui est présentée mais aussi, de façon plus spécifique sur l’interprétation d’un texte ou d’un dispositif fiscal sur lequel il n’existe pas de position de sa part.

C’est en sens que le rescrit fiscal est une réponse de l’administration à une question du contribuable portant sur l’interprétation d’une disposition fiscal en vigueur ou sur une situation de fait au regard du droit fiscal.

Comment comptabiliser la production stockée ?

La détermination du stock constitue un élément fondamental en comptabilité pour permettre l’établissement des comptes annuels. Sur le plan fiscal, un stock est un ensemble de biens détenus par l’entreprise qui servira dans le processus de production à la réalisation d’un bénéfice.

Quelles sont les charges déductibles pour une entreprise ?

Pour une entreprise, les charges déductibles concernent les dépenses réalisées lors de la production de biens et de services et pouvant être déduites du résultat imposable. Au contraire d’autres dépenses peuvent être réintégrées au résultat, il convient donc pour le dirigeant d’identifier quelles sont ces charges.

Les plus-values immobilières des particuliers

La plus-value immobilière correspond à la différence entre le prix de vente et le prix d’achat (ou la valeur déclarée dans l’acte de donation ou la succession). Avant de décider de la vente d’un bien immobilier, mieux vaut connaître le sort réservé à la plus-value immobilière réalisée.