Quelles sont les charges déductibles pour une entreprise ?

par | Oct 28, 2022 | Opération Courante | 0 commentaires

Quelles sont les charges déductibles pour une entreprise ?

par | 28-10-22 | Opération Courante

Pour une entreprise, les charges déductibles concernent les dépenses réalisées lors de la production de biens et de services et pouvant être déduites du résultat imposable. Au contraire d’autres dépenses peuvent être réintégrées au résultat, il convient donc pour le dirigeant d’identifier quelles sont ces charges.

Liste des charges déductibles pour les entreprises

Une entreprise peut déduire certaines de ses dépenses notamment les suivantes :

  • Les achats de matières et marchandises ou les produits assimilés.

  • Les dépenses courantes au cours de l’exercice que le Code générale des impôts qualifie de « frais généraux ».

  • Les amortissements des investissements de l’entreprise.

  • Les charges et pertes futures : les provisions.

    Les conditions de déduction de charges pour une entreprise

    Pour être déduites du résultat imposable d’une entreprise, les charges doivent respecter certaines conditions, c’est-à-dire qu’elles doivent être engagés dans l’intérêt direct de l’entreprise, que ces frais viennent en diminution de l’actif net de l’entreprise et être régulièrement comptabilisés dans l’exercice en cours avec des pièces justificatives suffisantes.  

    Par exemple une entreprise pourra déduire de son résultat les frais de repas, les frais de déplacements, de publicité etc.  

    Attention : en l’absence de pièces justificatives suffisantes, l’administration fiscale est en droit de réintégrer (dans le résultat imposable) le montant des frais en cause (CE, arrêt du 7 juillet 1958, req. n° 36425).  

    L’exercice de la déduction

    Toutes les charges déductibles par les entreprises ne sont pas soumises au même régime fiscal, par exemple les frais généraux sont déduits directement et intégralement sur l’exercice en cours alors que les amortissements sont déduits sur plusieurs exercices. Les frais généraux font par ailleurs l’objet de mesures spéciales, qui tendent à assurer le contrôle de certaines charges et à interdire la déduction de frais excessifs ou injustifiés.  

    La déduction limitée et le contrôle de certaines dépenses

    Un certain nombre de conditions sont requises quant à la déductibilité des frais généraux par le législateur, et même la jurisprudence. Cela dans l’objectif de lutter contre les abus de déduction de certains frais qui souvent profitent plus aux dirigeants qu’à l’entreprise elle-même. C’est le cas par exemple des dépenses somptuaires (art 39-4 CGI), des sanctions pécuniaires (art 39-2 CGI), et de certains impôts qui frappent directement le bénéfice de l’entreprise (impôt sur le revenu, CRDS, etc.)  

    En principe la loi fiscale dispose que les dépenses somptuaires ne sont pas déductibles car elles sont réputées étrangères à la vie des affaires. Il peut s’agir de bateaux et de résidences de plaisance, d’activité de pêche ou de chasse non-professionnel. Mais il se peut que certaines dépenses puissent être déduites si elles ont un lien avec la gestion de l’entreprise.  

    Le Conseil d’État a admis les dépenses relatives à l’entretien et à l’amortissement d’un yacht car l’entreprise avait prouvé qu’il constituait des bureaux professionnels (Conseil d’Etat, 7 / 8 SSR, du 8 novembre 1978, 04233.  « Les dépenses exposées en vue d’obtenir la disposition et d’assurer l’entretien d’un yacht sont exclues des charges déductibles, sauf justification. Cette justification est apportée par la société qui établit que ce yacht a uniquement servi à abriter son agence locale située dans une ville côtière. ») 

    Les chemins complexes de la fiscalité ne sont pas un problème pour nous.
    Gagnez en tranquillité d'esprit avec des experts, planifiez votre stratégie !

    Articles similaires

    Découvrez nos articles similaires, mais n’oubliez pas de nous contacter, c’est mieux !

    Intégration fiscale : prise en compte des participations croisées entre filiales

    Face à l’inflation, à la crise énergétique et aux enjeux environnementaux, la tentation est grande de procéder à des baisses de TVA générales ou ciblées. Le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) rappelle cependant dans son rapport relatif à la TVA que ces taux réduits sont coûteux pour les finances publiques, peu efficaces économiquement et rarement évalués. Explications.

    TVA, vers la fin des taux réduits ?

    Face à l’inflation, à la crise énergétique et aux enjeux environnementaux, la tentation est grande de procéder à des baisses de TVA générales ou ciblées. Le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) rappelle cependant dans son rapport relatif à la TVA que ces taux réduits sont coûteux pour les finances publiques, peu efficaces économiquement et rarement évalués. Explications.

    Les rescrits fiscaux

    Il est souvent important de connaître par avance la position de l’Administration fiscale sur une situation de fait qui lui est présentée mais aussi, de façon plus spécifique sur l’interprétation d’un texte ou d’un dispositif fiscal sur lequel il n’existe pas de position de sa part.

    C’est en sens que le rescrit fiscal est une réponse de l’administration à une question du contribuable portant sur l’interprétation d’une disposition fiscal en vigueur ou sur une situation de fait au regard du droit fiscal.

    Pour les entreprises, comment déduire vos amortissements ?

    En tant qu’entrepreneur individuel ou dirigeant de société, il est indispensable que vous optimisiez la situation fiscale de votre entreprise, en ayant recours à des déductions sur votre résultat imposable.

    L’amortissement permet une réduction de vos impôts en prenant en compte la perte de valeur de certains de vos biens et investissements.

    Comment comptabiliser la production stockée ?

    La détermination du stock constitue un élément fondamental en comptabilité pour permettre l’établissement des comptes annuels. Sur le plan fiscal, un stock est un ensemble de biens détenus par l’entreprise qui servira dans le processus de production à la réalisation d’un bénéfice.

    Les plus-values immobilières des particuliers

    La plus-value immobilière correspond à la différence entre le prix de vente et le prix d’achat (ou la valeur déclarée dans l’acte de donation ou la succession). Avant de décider de la vente d’un bien immobilier, mieux vaut connaître le sort réservé à la plus-value immobilière réalisée.