Le report déficitaire : en avant ou en arrière ?

par | Nov 30, 2022 | Fiscalité des entreprises | 0 commentaires

Dans un contexte ou le nombre de défaillances des entreprises à fortement augmenté au 3e trimestre 2022, l’étude Altares fait part d’une augmentation de 69% des défaillances depuis l’été 2021, avec près de 8 950 procédures collectives ouvertes au cours des derniers mois.  

C’est dans ce climat qu’il est probable qu’au cours d’un exercice, une entreprise subisse des pertes.  

Cependant pas d’inquiétude dans un premier temps car il existe deux possibilités pour une entreprises soumise à l’impôt sur les sociétés (IS) de reporter son déficit. Elle peut avoir reporter son déficit sur les prochains exercices, c’est un report en avant. Mais elle peut aussi reporter son déficit sur les exercices antérieurs obtenant une créance fiscale. C’est un report en arrière ou carry-back. 

Report en avant : définition 

Le report en avant des déficits est le mécanisme dit de droit commun, qui permet un report « en avant ». Son principal intérêt tient dans l’existence de la contribution sociale due par certaines sociétés.  

Le report en avant est illimité dans le temps mais il est plafonné à 1 million d’euros, majoré de 50% de la fraction du bénéfice excédant ce seuil (Art 209 du CGI).

Report en avant : exemple

– Dans le cas où une entreprise produit un bénéfice en 2022 = 1 200 000€.  

– Mais que son déficit de 2021 s’élève à 1 500 000€.  

– Le déficit reportable sur le bénéfice de 2022 est plafonné à hauteur de 1 000 000€ + 50% x (1 200 000-1 000 000) = 1 100 000€.  

– Il reste la fraction de 100 000€ imposable dans le bénéfice de 2022. 

– Le reste des déficits de 2021 (400 000€) est reportable sur les prochains exercices.  

Dans le cadre d’une procédure collective définies à l’article L611-8 du Code de commerce, le plafond est majorable du montant correspondant aux abandons de créances dont l’entreprise bénéficie. 

Le report en arrière ou carry-back : définition

Le report en arrière des déficits subis par l’entreprise, aussi appelé carry-back est un mécanisme permettant à la société de reporter sa perte sur les exercices précédents dans la limite d’un million d’euros.  

Ce report en arrière fait naître une créance fiscale pouvant être utilisé pour le paiement de l’IS ou remboursée au bout de 5 ans (elle peut cependant être conservé pour le paiement de l’IS, la TVA ou la taxes sur les salaires…).  

Report en arrière ou carry-back : exemple

Dans le cas où une entreprise dégage un bénéfice de 1 400 000€ en 2021, et un déficit de 1 200 000€ en 2022. Le déficit reportable sur l’exercice précédent ne peut être supérieur à 1 000 000€. L’excédent de déficit est alors égal à 200 000€. Cependant, il est reportable sur les exercices suivants dans les conditions de droits communs.

Déficits reportés : contrôle et rectification par l’administration fiscale

L’administration fiscal est en droit de contrôler l’existence et les montants des déficits reportés. La particularité réside dans le fait que l’administration soit en droit de contrôler les déficits subis des exercices prescrits, dès lors que ceux-ci ont été imputés sur les bénéfices non-prescrits. Ce délai est porté à 10 ans en l’absence de déclaration.  

Il est important de souligner que les déficits sont reportables uniquement sur les bénéfices de l’entreprise initial, en cas de changement d’activité ou de régime fiscal, l’entreprise perd son droit au report car l’administration considère qu’il ne s’agit plus de la même entreprise.

S’informer c’est bien, se faire accompagner par un expert avocat fiscaliste, c’est encore mieux. Prenons contact.

Articles similaires :

La police fiscale en France : vers une politique fiscale répressive

La lutte contre la fraude fiscale est devenue une préoccupation majeure pour l’administration fiscale en France. Afin de répondre à cette problématique, le gouvernement a mis en place un nouvel outil : la police fiscale. Cette mesure est une étape importante dans la répression de la délinquance fiscale, qui devient de plus en plus sévère. Dans cet article, nous allons examiner la mise en place de la police fiscale en France et son impact sur la politique fiscale, ainsi que l’importance de faire appel à un avocat fiscaliste spécialisé en matière pénale fiscale.

Données de connexion : le Conseil d’État concilie le droit européen et les exigences constitutionnelles

Dans une décision n° 393099 French Data Network et autres rendue le 21 avril 2021, l’Assemblée du Conseil d’État s’est prononcée sur la conformité du droit français au droit européen concernant la conservation des données de connexion par les fournisseurs de services de communications électroniques. Dans ce cadre, il a été amené à vérifier que le respect du droit européen, tel qu’interprété par la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE), ne compromettait pas les exigences constitutionnelles françaises.

Qu’est-ce que la contribution annuelle de 3% sur les immeubles ?

Les entités juridiques qui possèdent en France des immeubles, sont redevables d’une taxe à hauteur de 3 % sur la valeur de ces immeubles.
Cette taxe de 3 % sur la valeur vénale des biens immobiliers a été introduite par la loi de finance de 1983 avec comme objectif d’assurer la visibilité des chaînes de détention des immeubles par des entités françaises et étrangères ; permettant d’obtenir l’identité des associés et ainsi de vérifier la bonne application de l’impôt sur la fortune (ISF) désormais remplacé par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).